Partagez | .
 

 Let's take a new start ◘ Apollo & Margot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

PUS
Δ Messages : 71
Δ Localisation : Muskrat Farm ou Baltimore
Δ Métier : Jouet de Mason Verger
Δ Age du perso : 33 ans.

MessageSujet: Let's take a new start ◘ Apollo & Margot Mer 21 Sep 2016 - 9:33

Let's take a new start

Apollo & Margot

Libérée. Ainsi se sentait Margot en cette journée de fin d’été. Son cher frère était parti. Pour toujours ? Oh non, elle se serait alors sentie délivrée de ce poids terrible qu’il faisait planer au dessus de ses épaules, de cette menace qu’il représentait à lui seul pour elle, rendant son quotidien dur et la forçant à lutter pour sa survie. Un léger sourire satisfait trônait sur ses lèvres, elle qui semblait en permanence ailleurs et qui ne souriait que très rarement. Elle gara la voiture qu’elle conduisait devant la grande bâtisse de la demeure des Verger. La jeune femme revenait d’un énième rendez-vous chez son psychiatre, le docteur Lecter. Elle commençait à trouver l’homme fascinant et riche en conseils ou en solutions diverses et variées. Mason ne pouvait pas même se douter qu’au fond d’elle, sa jeune sœur gémellaire prévoyait déjà de tenter à nouveau de le tuer. Lui qui aimait ses précieux procs, elle rêvait parfois la nuit de le voir se faire dévorer par eux ou bien de se faire égorger comme un vulgaire cochon.

Elle coupa le moteur et caressa avec une douceur étrange le volant de la Porsche, lâchant un soupir. Il était incroyable d’observer à quel point Mason maintenait sa sœur sous son joug. Il avait beau être loin d’elle, elle ne pouvait pas même envisager de fuir à l’autre bout du monde, là où il ne pourrait pas la retrouver. Elle n’y parvenait pas. Peut être que le docteur Lecter avait raison. Peut être que dans le fond, elle serait à jamais incapable de se défaire de lui car elle l’aimait toujours, malgré tout ce qu’il avait pu lui faire subir. Margot soupira de nouveau, fronçant les sourcils et s’échappant de l’habitacle du véhicule, claquant la portière derrière elle. Inutile pour elle de ranger pareille merveille. Si le temps venait à se gâter, quelqu’un le ferait pour elle et sinon, elle ne ferait que la réemprunter d’ici peu. Vêtue d’un tailleur pantalon, perchée sur des escarpins vertigineux, elle pénétra dans la grande maison qui appartenait à sa famille. Une jeune femme ne tarda pas à la rejoindre. « Oh, mademoiselle Verger. Désirez-vous un raffraîchissement ? Ou quelque chose à manger peut être ? » La jeune femme la toisa rapidement d’un regard vide d’expression. « Non, merci. Je pense aller me promener à cheval. » Celle qui travaillait pour les Verger accueillit la nouvelle d’un léger signe de tête à la fois compréhensif et respectueux avant de tourner les talons. Margot la regarda s’éloigner, son regard perçant ne la lâchant que lorsqu’elle tourna au détour d’un couloir. Elle ne pouvait avoir confiance en personne car elle savait que son frère aurait acheté quelques uns des membres de leur personnel pour la surveiller, voire même la fliquer.

La jeune fausse héritière Verger monta dans sa chambre et se changea rapidement. L’apparence était une chose à laquelle elle tenait beaucoup, bien souvent tirée à quatre épingles dans ses vêtements griffés de noms bien connus dans la haute couture. Le sur-mesure était un luxe qu’elle pouvait s’offrir et que Mason aimait toujours plus lui donner, comme pour l’acheter. Alors elle prenait grand soin d’elle, comme pour essayer de masquer cette souffrance qu’il lui faisait subir, ces bleus sur son corps et toutes ces cicatrices dont il était la cause. Elle rangea soigneusement le tailleur dans son grand dressing pour revêtir une chemise, une veste et un pantalon adapté à l’équitation. Puis, elle sortit sa paire de bottes noires taillées sur-mesure dans un cuir souple et solide, noires comme les plumes d’un corbeau. Dès lors qu’elle les enfilait, la jeune femme avait ce sentiment de se trouver dans une paire de pantoufles des plus confortables. Une fois prête, elle quitta la chambre et regagna l’extérieur. Sur le trajet, elle attacha soigneusement ses cheveux dans une queue basse qui ne gênerait pas la pose de la bombe.

Elle pénétra dans les écuries dans un claquement de chaussures familier pour tous ses compagnons équidés. Certains sortirent alors la tête de leur box, d’autres lâchèrent un petit hennissement. Margot ne put s’empêcher de sourire légèrement, se dirigeant vers l’endroit où elle rangeait ses gants et sa bombe. Elle enfila rapidement les premiers autour de ses mains et garda sa bombe à la main. Elle se dirigea alors vers le box de sa monture favorite, Hadès. L’étalon était là, comme attendant la venue de sa maîtresse, donnant quelques coups de sabot dans sa porte. Margot lui adressa alors quelques douces paroles et posa sa main sur son chanfrein pour le caresser avec douceur. Ce contact mêlé à l’odeur de cuir et de fumier était des plus réconfortantes pour elle et déjà, elle sentait son âme s’apaiser, sa peur retomber. Mason n’était pas là. Que pouvait-il lui arriver ? Elle se dirigea vers la sellerie et s’empara du matériel destiné à Hadès. D’ordinaire, elle ne sellait pas ses montures, aidée par son palefrenier, Apollo. Il n’était évidemment pas le seul mais elle se doutait qu’il était là, quelque part, dans les écuries, et elle ne voulait rien lui demander. Pas depuis leur dernière discussion qui remontait à quelques semaine et qui avait été achevée sur un ton sec et colérique de la part des deux interlocuteurs. Si elle pouvait éviter de croiser ce suppôt de Mason, alors elle ne s’en porterait que mieux car, au plus profond d’elle-même, elle pensait réellement qu’il faisait partie des espions de son frère chargés de la surveiller.

Margot commença donc seule à brosser, curer et caresser l’équidé. Mais la solitude est une chose rare en ces lieux qui ne dure que très peu. Et nul ne pouvait douter que la jeune femme poursuivrait seule ce dur labeur. Surtout lorsqu’elle essaya de porter la selle sur le dos de sa monture et qu’une douleur ne tarda pas à se faire sentir dans son bras, la forçant à lâcher un gémissement peiné, piqûre de rappel des actes dont son aîné pouvait être capable.
crackle bones


Linked by our blood
I'm all you have ✻ I'm just trying to survive this generation, that's why I tried to kill my brother. And apparently, I went about 'putting him down' the wrong way. He's still alive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PUS
Δ Messages : 367
Δ Localisation : Actuellement dans ton lit si tu es un beau mâle. Sinon en train de travailler chez les Verger
Δ Métier : Palefrenier chez les Verger
Δ Age du perso : 30 ans... putain !

MessageSujet: Re: Let's take a new start ◘ Apollo & Margot Mer 21 Sep 2016 - 17:37





Let's take a new start // Margot
Il n'y que toi et moi, deux oiseaux mouillés qui n'osons plus bouger. Il y a ce train qui va t'emmener vers d'autres contrées, vers d'autres pensées

Décidément, Spencer est définitivement trop drôle à embêter. Mais de toute manière il sait que ce n'est pas méchant si je lui vole son balai et que je cours partout avec, et puis aussi s'il ne me courrait pas après ça ne me donnerait pas tant envie de recommencer. La prochaine fois qu'il ne prend pas sa pause je prends son seau en otage et je le menace de jeter son contenu par la fenêtre. Sans même regarder si quelqu'un passe en dessous. Et tant pis si justement Mason avait eu cette idée farfelue de longer les murs et qu'à ce moment là précis il s'arrêtait pour regarder les oiseaux. Quoique la situation serait aussi improbable que terriblement hilarante à y repenser, j'aimerais imaginer la tête que ferait alors Spencer. Mais c'est trop dur, improbable, vraiment. Je ris en marchant alors que je viens de le quitter avec la promesse de faire pire encore, comme d'habitude, s'il travaille trop. Je trottine façon petit chaperon rouge vers mon propre lieu de travail. Je sifflote et tout, le personnage type d'un conte revisité et certainement trop mignon. Voyez les Happy Tree Friends avant que ça parte en couille. Sauf qu'avec moi généralement ça finit quand même comme ça. Enfin j'évite d'y penser, ça va me gâcher ma journée, enfin ce qu'il en reste.

Journée qui a vraiment très bien commencé, réveille sans complication, douche bien chaude, avec musique, pas trop d'hésitation sur la tenue, j'ai opté pour un pantalon en coton type slim, qui n'est pas dur à nettoyer, les bottes par dessus, j'ai toujours gardé mes bottes d'équitation, et comme j'ai toujours été palefrenier, je n'ai jamais cherché d'autre type de chaussures. En tout cas pour ça. Niveau haut, j'ai pris une chemise, la base, il ne fait ni froid ni chaud, c'est tout à fait ce qu'il me fallait. Bon à force de courir, poursuivi par un homme de ménage en colère, j'ai choppé un coup de chaud, mais faire sauter un ou deux bouton n'est pas ce qu'il y a de plus compliqué en ce monde.

J'arrive ainsi sautillant, dans les écuries. Et je remarque que les chevaux sont agités. Heureux et agités. Je devine que je ne suis pas seul, et que c'est Margot qui a dû arriver entre temps. Je n'ai pas à la chercher longtemps, je sais où elle est et surtout quel cheval elle aime monter plus que les autres. Hadès. Il est immense, très musclé, et surtout magnifique. Je me dirige vers le box quand j'entends geindre. Elle n'a pas remarqué ma présence et maintenant je peux constater qu'elle est en train de le seller, seule. Il est trop haut. Et la selle bien trop lourde, pas étonnant qu'elle ai du mal. Mais de là à avoir mal. Je décide de mettre cette pensée de côté pour aller l'aider. Je rentre m'accoude à la barrière métallique du box

« Je vais le faire Madame Margot » j'entre et prends la selle qu'elle a lâché sous la douleur. Oui il est clair que ce n'est pas léger, heureusement, je suis plus grand et surtout je suis un homme, et puis c'est mon travail surtout. En moins d'un minute la selle est placer, il ne reste qu'à l'attacher. « Ca fait plaisir de vous voir, je ne m'y attendais pas, quelque chose d'inhabituel aujourd'hui ? » je demande pour alimenter un peu la conversation de manière innocente, même si dans ce domaine, rien n'est bénin ou fortuit. Je sais que Monsieur Mason n'est pas là en ce moment, et je me doute du soulagement que ça peut être. Je ne connais pas les détails et je ne suis toujours pas sûr de vouloir les connaître, mais cet homme et l’atmosphère qu'il dégage, cette auras malsaine, c'est tellement plus agréable quand on ne risque pas d'y être confronter n'importe quand. « Je ne devrais peut être pas vous le dire, mais le domaine est très calme en depuis les dernières heures, c'est presque agréable, rassurant. Je ne saurais pas dire pourquoi... » je souris alors que je finis de préparer selle et les rênes. « Voilà Madame Margot, profitez de la balade. Le temps le permet en plus, cette journée est vraiment des plus belles »

Je caresse distraitement l’encolure de Hadès alors que j'attends qu'elle se décide à le sortir du box pour monter. Généralement elle est obliger de se surélever avec la barrière pour y arriver du premier coup cet étalon est vraiment grand. Mais elle n'a pas de petits chevaux de toute manière que des belles bêtes, qui sont aussi contentes de l'avoir pour maîtresse qu'elle ne l'est de les avoir pour montures. Je la regarde, Madame Margot est vraiment jolie, un beau visage, des yeux très expressifs, une bouche bien dessinée, pas très grande, voire même plutôt petite, et fine, qu'on a envie de protéger dès qu'on pose les yeux sur elle. Mais qui peut aussi attiser un besoin d'appartenance. Les homme sont vraiment la pire espèces, c'est ce qu'elle doit penser. Je lui prouverais que faire des généralité n'est pas vraiment mieux et que tous les hommes ne sont pas pervers, perfides ni cruels. Enfin pour le moment je vais la laisser profiter de sa promenade, on en parlera à son retour, on a tout notre temps, pour au moins un jour entier.
code by Chocolate cookie




~Tah Dah !!~  
It's getting harder and harder to bear, Once the crowd goes home and there's no one left to listen... Tah dah @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PUS
Δ Messages : 71
Δ Localisation : Muskrat Farm ou Baltimore
Δ Métier : Jouet de Mason Verger
Δ Age du perso : 33 ans.

MessageSujet: Re: Let's take a new start ◘ Apollo & Margot Mer 5 Oct 2016 - 9:33

Let's take a new start

Apollo & Margot

Telle une décharge électrique, la douleur irradia son bras, partant de là où son os s’était brisé quelques mois plus tôt. Elle aurait pu, elle aurait simplement lâché la selle qu’elle tenait pour la laisser choir sur le sol, mais étrangement, l’idée de laisser cette pièce de cuir excessivement précieuse à ses yeux dans le crottin de cheval ne l’enchantait guère plus que cela. Alors, crispant ses muscles, elle lâchant un gémissement de douleur alors qu’elle cherchait vainement une solution à son problème. Et finalement, ce fut un jeune palefrenier qu’elle n’avait pas entendu arriver qui vint la lui offrir. Surgissant de nulle part, il lui précisa alors qu’il allait s’occuper de ce problème, se saisissant, sans qu’elle ne puisse rien en redire, de la selle, libérant la jeune femme de son fardeau, lui soulageant instantanément cette terrible douleur qui lui irradiait le bras. Elle lâcha un soupir mi-soulagé, mi-agacé avant de lui laisser la place aux côtés du cheval. « Merci… » Difficile pour elle de prononcer de tels mots et pourtant, elle devait le reconnaître, l’arrivée du jeune homme était plus que secourable. Dans un réflexe purement instinctif, elle porta sa main droite au niveau de son bras gauche, le massant avec le plus de délicatesse possible. L’os demeurait fragile et les temps humides qui s’annonçaient ne présageaient rien de bon quant à la douleur qui risquait de se raviver à cause de la fracture qu’elle avait subit.

Le grand palefrenier n’eut, lui, n’eut aucun mal à placer la selle sur le dos d’Hades qui toisait un mètre soixante-dix-huit au garrot. Margot le regarda faire, sans mot dire. Puis, sentant certainement le silence prendre place, il chercha à poser des questions à la jeune femme, essayant certainement de créer une conversation cordiale et neutre. Il semblait surpris de la voir, essayant de mettre le doigt sur quelque chose d’inhabituel aujourd’hui. La jeune femme haussa des sourcils surprit et inquisiteur avant de répondre. « L’automne, certainement. Rien de plus que cela. » Au fond d’elle cependant, elle sut que son épanouissement du moment était certainement du à l’absence de son frère gémellaire et qu’il devait être palpable par n’importe qui. Alors si les chers toutous de son frère le découvraient, il y avait fort à parier qu’elle allait passer un mauvais quart d’heure dès le retour de Mason.

Apollo ne le fit peut être pas exprès, mais il continua sur sa lancée, soulignant le silence dans lequel avait été plongé le domaine tout entier de la famille depuis quelques heures, faisant correspondre cela au départ de l’héritier de l’entreprise Verger. Il trouvait cela agréable et rassurant, essayant de savoir auprès de la jeune femme si, oui ou non, elle semblait d’accord devant cela. Le visage de Margot ne fit transparaître aucune émotion, essayant de les contenir. L’indifférence de ses traits pouvait être désarçonnante tandis qu’elle essaie de percevoir si le jeune homme était franc ou s’il essayait simplement de lui faire dire quelque chose qui ne ferait que mieux lui revenir dans la face plus tard. « Je ne saurais dire non plus. » Fermée comme une huitre, il semblait que rien ne sortirait de positif de cette conversation et surtout de la jeune femme qui était fermement convaincue que parler, c’était toujours trop en dire. Le jeune palefrenier acheva finalement à la place de Margot de préparer l’étalon qui fut prêt à être monté pour une ballade des plus sympathiques.

De nouveau, dans les quelques mots d’Apollo, Margot eut l’impression d’entendre un message caché, un appel à la joie excessive, essayant de garder la face devant de tels mots quand elle eut envie de sourire et de partir au galop dans les bois pour mieux se libérer l’esprit. Elle dévisagea le jeune homme, essayant de comprendre si, vraiment, il se réjouissait à sa place ou s’il ne faisait que lui tendre des perches pour mieux la voir céder devant la pression et faire, par la suite, un rapport détaillé à ce cher Mason ? La lady Verger ne laissa rien paraître et se contenta de prendre les rênes de sa monture, la conduisant au dehors de son box vers un banc qui lui servait toujours à se hisser en selle. Elle n’eut aucun mal à faire cela et se dirigea vers la sortie. Mais son esprit n’était pas serein. Les questions et l’envie de parler de tout cela à quelqu’un lui vint et, malheureusement, elle n’avait pas le docteur Lecter sous le coude pour essayer de comprendre ces pensées chaotiques qui l’animait. Devait-elle prendre un risque ? Devait-elle essayer de faire confiance à Apollo, lui qui l’avait déçu une fois ? Mais ne s’étaient-ils pas simplement mal compris ? Dos, à lui, elle se mordilla la lèvre avant de faire piler le cheval qui avançait au pas. « Apollo ? » Elle attendit quelques instants que le jeune homme soit de nouveau présent dans son champ de vision. Elle le toisa d’un regard froid avant de simplement déclarer. « Je ne sais si je peux vous faire confiance… Mais si vous pensez être digne de cette dernière et que vous désirez quelques réponses, sellez un cheval. Je ne parlerais pas ici… Vous avez cinq minutes. » Le temps était large, elle le savait. Les chevaux de la demoiselle étaient en permanence propres et il n’aurait qu’à le seller et lui mettre son filet. La jeune femme flatta l’encolure d’Hadès qui s’ébroua, faisant virevolter sa longue et fine crinière.
crackle bones


Linked by our blood
I'm all you have ✻ I'm just trying to survive this generation, that's why I tried to kill my brother. And apparently, I went about 'putting him down' the wrong way. He's still alive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PUS
Δ Messages : 367
Δ Localisation : Actuellement dans ton lit si tu es un beau mâle. Sinon en train de travailler chez les Verger
Δ Métier : Palefrenier chez les Verger
Δ Age du perso : 30 ans... putain !

MessageSujet: Re: Let's take a new start ◘ Apollo & Margot Sam 8 Oct 2016 - 15:09





Let's take a new start // Margot
Il n'y que toi et moi, deux oiseaux mouillés qui n'osons plus bouger. Il y a ce train qui va t'emmener vers d'autres contrées, vers d'autres pensées

Margot est fermée comme une huître, soit elle s'en veut de m'avoir ainsi montré sa faiblesse, soit d'apprendre que je sais qu'il n'y a pas que de l'amour et de la tendresse dans ce domaine de fous. J'ai un peu l'impression d'être à Wonderland ici ; rien ne tourne rond, tout est décalé. Mais c'est un endroit terrifiant, qui n'a rien pour plaire sinon la beauté naturelle. La reine de cœur c'est Monsieur Mason, Alice c'est Margot. Et là dedans, je suis soit Le lièvre de Mars soit un autre fou. Parce que tout le monde est fou ici. Je soupire alors qu'elle s'éloigne, accompagnée de son étalon qu'elle mène d'une main assurée. Je pense qu'elle ne me porte pas dans son cœur, ou alors tout du moins qu'elle n'a absolument pas confiance en moi. Mais je ne peux pas lui en vouloir pour ça. Alors qu'elle s'éloigne, je m'apprête à retourner à mon travail c'est à dire le nettoyage d'une jolie jument qui s'est roulé dans l'herbe hier, alors que j'entends à nouveau la voix de mon employeuse qui appelle mon prénom.

Je relève la tête en un « oui » poli alors qu'elle a disparu et que je dois la rejoindre pour pouvoir la regarder dans les yeux. Et quels yeux, elle impose le respect cette jeune femme, et s'il est difficile de savoir ce qu'elle veut, il l'est beaucoup moins de savoir ce qu'elle ne veut pas. Et du haut de son cheval, maintenant elle parait forte, et sûre d'elle. L'équitation lui va vraiment bien. Elle me regarde avec toute la froideur du monde, mais je n'ai aucun frisson, Madame Margot n'est pas froide, elle est apeurée. Je souris alors qu'elle ose dévoiler ses crainte, et surtout qu'elle m'offre la possibilité de les faire s'envoler. Le simple fait qu'elle me parle prouve qu'elle a déjà plus confiance en moi qu'elle ne souhaiterait se l'avouer. D'un signe de tête approbateur, je lui promet de la rejoindre avant la fin de son ultimatum et si extérieurement j'ai l'air d'être à peu près le même, voire un peu plus sérieux, intérieurement, je boue et je gèle en même temps. A partir du moment où je l'aurais rejoins, quelque chose changera et ça, c'est un inconnue que je ne contrôlerais plus du tout. Qu'est ce que je ne ferait pas pour cette femme.

Trois minutes, c'est le temps qu'il me faut pour seller le cheval qui me paraissait avoir le plus besoin de sortir, et pour l'amener en dehors des écurie avant de monter dessus sans difficulté. Si Madame Margot a généralement besoin d'un banc pour atteindre le garrot de ses montures, pour ma part je n'ai plus ce souci depuis longtemps. Et alors que je pensais avoir perdu l'assurance des mouvements, je me rends compte que mon corps se rappelle mieux que moi de comment on monte. Une essai est suffisant, je la rejoins au pas, peut être pas dans la tenue la plus approprié, mais je ne vais certainement pas faire le difficile. Chemise, pantalon et bottes, c'est très bien. Et puis je ne vais pas me plaindre, d'ailleurs je n'y pense même pas. D'une main j'encourage le cheval qui a l'air tout à fait à l'aise malgré la différence de poids entre sa maîtresse et moi, d'une autre je tiens les rênes d'une main correcte. Arrivé à la hauteur de Madame, je remarque que je suis à nouveau plus grand qu'elle, et surtout que la conversation que nous allons avoir ne sera pas une conversation d'employeur et de palefrenier.

« Je vous suis, et... merci. Ça fait longtemps que je n'avais pas eu l'occasion de monter. » Je lui sourit, réellement heureux, et surtout me voulant le plus rassurant du monde. Mason à partir de maintenant n'est plus un Verger, c'est juste un pauvre type, parce que je ne suis plus moi même un simple employé, je suis un ami de Margot, même si elle ne le sait pas, et même si je n'oserais l'affirmer à voix haute. Et alors que nous marchons tranquillement nous éloignant dans le domaine des écuries, de la demeure familiale et surtout des exploitation de monsieur, je ne peux m'empêcher de me sentir agréablement utile. Pas important, parce que je ne le permettrais pas, mais le fait que Margot m'ait demandé de l'accompagner à sa balade prouve en soit son besoin de parler, et surtout qu'elle a réellement quelque chose à partager. Nous nous perdons dans la forêt et bientôt le domaine de cette famille aussi riche qu'improbable est derrière. Aussi alors que les liens ne sont plus et que la l'ombre de la main d'un homme malsain ne plane plus au dessus de nous, j'engage la conversation.

« Les chevaux ne parleront pas, et de toute manière ils vous apprécient trop pour le faire même si c'était le cas. Permettez moi ne vous dire que votre frère ne me manque pas lorsqu'il ne vient pas vous attendre aux écuries le soir. Je ne connais pas les subtilités du problème, mais je ne me rappelle pas vous avoir vu rentrer blessée de balade. Si je travaille encore ici, sachez le, ce n'est pas parce qu'il me paye, c'est parce que je vous apprécie vous, mademoiselle. Aussi déplacé que ce soit, j'aimerais vous apporter de l'aide, ou au moins du soutien. »
code by Chocolate cookie




~Tah Dah !!~  
It's getting harder and harder to bear, Once the crowd goes home and there's no one left to listen... Tah dah @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PUS
Δ Messages : 71
Δ Localisation : Muskrat Farm ou Baltimore
Δ Métier : Jouet de Mason Verger
Δ Age du perso : 33 ans.

MessageSujet: Re: Let's take a new start ◘ Apollo & Margot Sam 12 Nov 2016 - 22:32

Let's take a new start

Apollo & Margot

Dès lors qu’elle avait prononcé ces quelques mots et qu’elle avait vu Apollo disparaître dans un box pour préparer sa monture, elle douta. La jeune femme ne sut plus exactement si tout ceci était positif ou non, si la confiance qu’elle venait soudainement de placer en son palefrenier était justifiée ou non. Mais elle ne pouvait pas revenir sur ses dernières paroles et se contenta d’attendre que le jeune homme ne la rejoigne, perché également sur le dos de l’une des grandes montures de la jeune femme. Il lui était étrange de songer qu’elle allait partir en promenade accompagnée, chose qui n’arrivait jamais. Mason n’appréciait pas monter à cheval, chose qui arrangeait bien la jeune femme, elle devait l’avouer. Voilà bien un domaine qu’il ne viendrait pas empoisonner de sa présence. En revanche, étant donné qu’elle n’avait personne d’autre dans sa vie, son frère ayant pris soin de contrôler son entourage, c’était dans la plus grande des solitudes qu’elle avait pris l’habitude de se promener à cheval.

Il la remercia de lui permettre de renouer avec une ancienne passion qu’il n’avait guère trop l’occasion de mener ici. Margot appréciait l’idée d’être la seule à monter ses chevaux, ne confiant jamais leur travail à un autre cavalier. Peut-être qu’à l’avenir, elle verrait si elle ne pourrait pas lêcher un peu de leste sur ses propres principes ? Mais là n’était pas la question. Détournant le regard de son palefrenier, elle serra les jambes conter les flancs d’Hades qui prit le pas et sortit des écuries de son allure souple et délicate. Les fers des chevaux claquèrent sur l’allée qui était également empruntée par les voitures et ne se tut que lorsqu’ils rejoignirent le petit sentier qui permettait à la jeune femme de quitter la propriété pour rejoindre les chemins de promenade. Margot ne décrocha pas un mot durant tout ce temps et, peut être intimidé par la situation, Apollo en fit de même. Ils avançaient pourtant côte à côte sur le sentier, rejoignant les bois où ils seraient à l’abri des regards et des oreilles trop curieuses encore présentes à Muskrat Farm.

Les minutes coulèrent encore, silencieuses, se succédant sans qu’aucune parole ne soit échangée, ne laissant comme fond sonore que le martellement du sol par les sabots des chevaux ainsi que quelques gazouillis d’oiseaux. Et finalement, Apollo prit la parole. Margot en fut tellement surprise qu’elle sursauta légèrement, posant un regard surpris dans les yeux du jeune palefrenier. Et il fut plutôt direct, abordant directement le fait que Mason était bien trop présent dans la vie de la jeune femme et que la relation fraternelle qu’ils avaient puait le malsain à des kilomètres à la ronde. Enfin, il n’hésita pas non plus à ajouter qu’elle ne s’était jamais blessée à cheval, bien qu’elle ait prétendu le contraire à tous. Ainsi, il avait pris la peine de réfléchir à ce qu’elle avait pu lui dire précédemment et s’était bien rendu compte qu’il y avait un manque de cohérence prononcé dans cette sordide histoire. En revanche, la suite la surpris bien plus qu’elle n’aurait pu l’imaginer. Il tenait à elle à tel point qu’il restait travailler ici, à Muskrat Farm, dans le but de veiller sur elle du mieux qu’il le pouvait avant de lui offrir simplement son aide. Les yeux de la jeune femme s’écarquillèrent et elle stoppa sa monture en resserrant les doigts sur ses rênes.

Margot Verger avait les hommes en horreur. Aucun d’entre eux ne pouvait grâce à ses yeux de serpent aiguisés qui ne faisait que les tuer d’une morsure invisible. Il était certains que les abus qu’elle avait subit et par son père et par son frère n’avait guère aidé cela. Aussi, elle ne put que se mettre en position défensive devant une telle déclaration de son palefrenier. « Pour être déplacé, ça l’est entièrement, monsieur Méliès. N’attendez pas de moi des sentiments de reconnaissance à votre égard pour de tels aveux. Si l’idée de me courtiser se dissimulait derrière cette attitude et votre affection cachait des sentiments plus forts, sachez qu’elle est bien inutile et que vous pouvez dès lors rentrer à Muskrat Farm pour retrouver la place qui est vôtre. » Elle était plus piquée au vif comme si une abeille venait de planter son dard dans sa joue qu’autre chose. Ses mots étaient durs, comme toujours, mais c’était là ceux de Margot Verger, la demoiselle de la prestigieuse famille, ayant reçu une éducation plus que suffisante.

Elle relança sa monture au pas, essayant de ne pas laisser son esprit se fermer entièrement à la discussion qu’il lui offrait. Alors elle laissa le silence retomber un peu, prenant de profonde inspiration avant de poursuivre. « Votre attitude, aussi chevaleresque peut-elle vous sembler, pourrait vous jouer bien plus de tours que vous ne le pensez… Vous n’avez absolument aucune idée de ce qu’il se passe entre ces murs et mieux vaudrait pour vous que vous le sachez jamais. »
crackle bones


Linked by our blood
I'm all you have ✻ I'm just trying to survive this generation, that's why I tried to kill my brother. And apparently, I went about 'putting him down' the wrong way. He's still alive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PUS
Δ Messages : 367
Δ Localisation : Actuellement dans ton lit si tu es un beau mâle. Sinon en train de travailler chez les Verger
Δ Métier : Palefrenier chez les Verger
Δ Age du perso : 30 ans... putain !

MessageSujet: Re: Let's take a new start ◘ Apollo & Margot Sam 12 Nov 2016 - 23:59





Let's take a new start // Margot
Il n'y que toi et moi, deux oiseaux mouillés qui n'osons plus bouger. Il y a ce train qui va t'emmener vers d'autres contrées, vers d'autres pensées

Si je m'étais attendu à cela. Je savais Mademoiselle Margot hyper méfiante et très protégée derrière son mur de béton gelé mais au point qu'elle puisse se planter sur toute la ligne... J'imagine tellement le film qu'elle vient de se faire et j'ai autant envie de rire que de la rassurer. Sauf que l'un se faisant avant l'autre, je dois faire un choix sur la priorité. Je choisis pour commencer de ne pas lui répondre, juste pour être sûr qu'elle ait fini, et puis surtout de me rapprocher un peu, rentrant dans sa zone de confort de manière totalement voulue. Elle n'a maintenant que sa monture pour pouvoir rester cachée derrière ce mur.

J'essaie de capter son regard, mais elle n'a pas l'air d'en avoir envie, aussi... elle même que d'habitude, concentrer sur sa marche comme si ça lui demandait énormément d'effort. Et ça ne fait qu'agrandir mon amusement. Il faut dire qu'elle m'a flatté, bizarrement, en pensant que je pouvais la draguer. Voire tenter de la séduire. Elle s'écarte, naturellement, elle est certainement dans un malaise que je ne peux comprendre et dont je me joue de manière sadique. Mais en même temps, elle ne fais pas beaucoup d'efforts non plus.

Et puis, n'en pouvant plus de me retenir de rire, je commence à pouffer, me tenant bien au cheval pour ne pas tomber. Et enfin j'explose, d'un rire franc et terriblement innocent parce que sincère. Le genre de rire qui te fais monter les larme aux yeux et qui a de forts risques d'être très communicatif. Bien que je me doute que Margot ne suive pas mon hilarité, dans tous les sens du terme. Je dois rire pendant plus d'une minute, peut être deux, je n'arrive pas à me calmer. Je suis heureux de monter, heureux de constater l'intérêt de Margot, heureux de savoir qu'il y a encore des personnes en ce bas monde qui pense que je suis hétéro. Ça me flatte, j'ai l'impression d'être viril ! Bien que j'aurais pensé qu'elle l'aurait compris le jour de mon entretien d'embauche.

J'essaie de respirer, de calmer mes nerfs, et surtout d'essuyer les larmes aux coins de mes yeux alors que mon cheval piétine, mal à l'aise de me sentir secoué de spasmes sur son dos. Et alors que je remonte le regard encore embué vers elle, je remarque que Margot est vraiment très loin de tout ça, et qu'elle ne comprend vraiment pas. Et moi je suis encore trop bouleversé pour arriver à parler. Même s'il va bien falloir que ça se fasse si je ne veux pas paraître insultant. Je respire, inspire, expire, essaie de relativiser, de me dire qu'après tout elle n'est pas sensé deviner. Mais quand même, je suis typiquement le genre d'homme qui entend les commentaires des inconnus le traitant de « tapette » « pédé » et autres mots doux. Alors entendre Margot penser que je pourrais tenter quelque chose avec elle c'est terriblement... bon, en fait.

« Vous n'y êtes vraiment pas... Désolé, je voulais pas vous affoler ou vous faire penser que... Vous m’intéresseriez si vous étiez, plus grande, et plus musclée, et plus poilue aussi. Enfin si vous étiez un homme quoi. »

Je marque l'arrêt, riant toujours un peu, histoire d'être sûr qu'elle comprenne bien cette fois, et qu'elle comprenne son erreur aussi, parce que je compte bien assister à sa réaction en direct live.

« Donc ne vous inquiétez pas, je ne compte pas vous agresser et mes intention ne sont vraiment pas intéressées. Je suis sincère vous savez, peut être pas bien futé n'y même capable de comprendre des calculs compliqués, mais quand je dis que je vous apprécie et que j'aimerais vous aider c'est vrai. Et bien qu'en effet, je ne puisse pas m'avancer sur ce qui se passe dans votre grand maison, derrière vos murs épais, je sais déjà que vous n'aimez pas y entrer, et que votre première réaction en rentrant de la balade lorsque monsieur Mason n'est pas là est de soupirer votre soulagement. »

Je souris, je sais maintenant que ce qui gênait Margot jusque là était de ne pas savoir ce que je voulais réellement d'elle. Maintenant elle sait que je n'attend d'elle que mon paiement de fin de mois. Et une relation saine, dénué d’intérêts pervers, plutôt destinée à l'aider, et la rassurer. Parce que je n'ai pas envie qu'elle me voit comme un énième tyran. Plutôt comme un employé sur lequel elle peut compter. D'autant plus qu'elle ne se trompera plus, et qu'elle n'aura plus de raison d'avoir peur de moi.

« Dites... »

Je commence un sourire aux lèvres, visiblement encore très amusé.

« Vous avez vraiment cru que... J'étais intéressé par... Vous ? Enfin votre corps ? »

Je la regarde avec un air mis empli d'espoir mis totalement désespéré. Peut être qu'en me détaillant à nous elle s'amusera elle même de ne pas s'être rendue compte de mes préférences.
code by Chocolate cookie




~Tah Dah !!~  
It's getting harder and harder to bear, Once the crowd goes home and there's no one left to listen... Tah dah @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Let's take a new start ◘ Apollo & Margot

Revenir en haut Aller en bas
 

Let's take a new start ◘ Apollo & Margot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Lee "Apollo" Adama
» start again, le 26/01/2012 à 1h05
» Are you ready boots ? Start walkin' ! [D8]
» ✣ take me back to the start (meltala)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Embrace the Madness :: Maryland :: Muskrat Farm-